LES SURVIVANTS DE LA POLIO

ce forum s'adresse à tous les rescapés de la poliomyélite, afin d'échanger des expériences et loisirs, etc...
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 pour invalider la polio

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 527
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 62
Localisation : Saint Pascal kamouraska

MessageSujet: pour invalider la polio   Mer 6 Juin - 18:03

« Il est écrit dans la Bible que tant que les Israélites se soucièrent de
Dieu, ils prospérèrent, mais que la prospérité leur fit oublier Dieu.
Cette allégorie colle tout à fait à nos tentatives actuelles pour
éradiquer la polio. Quand nous comprenons ce qui fonctionne bien et
la nécessité de collaborer, nous obtenons des résultats.
Malheureusement, quand tout va bien, nous avons tendance à
oublier ce qui nous a amenés où nous en sommes. »
Le Dr David Butler-Jones s’adressant aux délégués du Symposium international sur la polio
intitulé « Il n’est pas question que nous relâchions nos efforts », Ottawa, mars 2001
La réponse du Canada à la « maladie des classes moyennes »
Durant la première moitié du XXe siècle, époque de grands progrès dans la lutte contre les maladies
infectieuses en général, la résolution du mystère de la polio paralytique en Amérique du Nord fut
influencée par plusieurs facteurs :
 Les connaissances extrêmement limitées des causes et des modes de propagation de la
polio;
 Le caractère imprévisible des épidémies et leur aggravation constante;
 L’image effrayante produite par les effets physiques de la polio dans la population;
 Les risques financiers parfois catastrophiques de la maladie pour ses premières victimes : les
enfants des classes moyennes et leurs familles.
Malgré tous les efforts de la science médicale « moderne » de l’époque, les épidémies de polio
paralytique ne cessaient de s’intensifier dans tout le monde industrialisé. Curieusement, nous savons
aujourd’hui que les grands progrès réalisés au chapitre de la santé publique et des normes d’hygiène
personnelle à l’époque ont en fait favorisé la propagation de la polio. L’amélioration de l’état de
santé dans certaines couches de la population eut pour effet inévitable d’élargir le bassin des
personnes non exposées à la polio, et donc non immunisées, surtout parmi les enfants. Cette situation,
à laquelle s’ajoutaient divers facteurs géographiques, démographiques et épidémiologiques, rendit les
classes moyennes canadiennes particulièrement vulnérables à la polio paralytique.
Peu après 1910 et les premières grandes flambées de « paralysie infantile » (comme on appelait
couramment la polio), la Dre Helen MacMurchy, une sommité canadienne dans le domaine de la santé
infantile, souligna la vulnérabilité particulière des classes moyennes à cette nouvelle maladie dans un
article publié dans une revue populaire2. Dix ans plus tard, la menace que représentait la polio pour les
classes nanties (et, de plus en plus, pour les adultes) devint encore plus claire lorsque Franklin D.
Roosevelt fut atteint de « paralysie infantile »
pendant ses vacances sur les côtes du Nouveau-
Brunswick3. Même handicapé par la polio,
Roosevelt devint gouverneur de l’État de New
York, puis président des États-Unis en 1932.
Durant sa présidence, Franklin D. Roosevelt se
fit le maître d’oeuvre des premières tentatives
pour lutter contre la polio et des premières
mesures de soutien social. Un magnat du
pétrole de ses amis, aidé de l’agent de relations
publiques du président, aida à mobiliser
l’opinion publique en organisant une série de
bals de bienfaisance en l’honneur de
l’anniversaire de naissance de Roosevelt, afin
d’amasser des fonds pour un hôpital
antipoliomyélitique à Warm Springs, en
Géorgie. Il semblait impérieux de consacrer un
événement annuel à la lutte contre la polio. Le
30 janvier 1934 eut donc lieu le premier « bal
d’anniversaire du Président », annoncé par une
vaste campagne publicitaire dans les journaux
et à la radio demandant aux Américains de «
danser pour que d’autres puissent marcher ». À
la stupéfaction générale, on réalisa un bénéfice
de 1 016 444 $. Encouragé par ce succès,
Roosevelt créa en 1938 la National Foundation
for Infantile Paralysis (NFIP), une association de
bienfaisance privée. Celle-ci avait pour objectif
de recueillir des fonds, « un dix sous à la fois »,
à l’occasion d’une campagne annuelle de
I-4 LE CANADA ET L'ÉRADICATION DE LA POLIO
En plus d’annoncer la première grande année de polio au
Canada, cet article de presse de 1910 résume tout à fait, par
son ton et son symbolisme, les descriptions et explications de la
polio qui eurent cours au Canada pendant les 50 années
suivantes. L’article fait ressortir le mystère et l’effroi qui
entouraient les causes de la polio, la confusion quant au nom à
lui donner et le nombre croissant de médecins intéressés à
l’étudier, le tout dans une perspective canadienne, en faisant
mention des États-Unis et de leur expérience de cette « maladie
relativement nouvelle ».
Source : Toronto Star,

par admindadou
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesurvivant.exprimetoi.com
 
pour invalider la polio
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'hypnose Ericksonienne pour l'ago & attaques de panique
» Prière pour se libérer des liens mauvais !
» Croquette pour animaux, Ogm et nourriture maison
» couche d'apprêt pour l'huile?
» quelle pierre pour la chambre?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LES SURVIVANTS DE LA POLIO :: Votre 1ère catégorie :: UN PEU D'HISTOIRE-
Sauter vers: